Émotions et sentiments, …. Quelles différences et pourquoi ?




L’importance de différencier émotions et sentiments n’est pas qu’une volonté d’être rigoureux d’un point de vue sémantique. Émotions et sentiments ne se gèrent pas de la même façon et ne génèrent pas les mêmes besoins.

Bien que différents, ils peuvent cependant parfois coexister et s’entremêler. Les différencier peut alors devenir plus compliqué.



Les émotions


Sans reprendre de façon détaillée ce qui l’a déjà été dans l’article sur les émotions, que peut-on en dire rapidement ?


Les émotions sont un trait d’union entre notre corps et notre esprit. Elles ont une fonction utile qui est de nous pousser à agir ou à réagir.

Elles déferlent telles des vagues, sans prévenir et emportent souvent tout sur leur passage. Elles sont fugaces et se retirent comme elles sont arrivées nous laissant souvent vulnérables et démunis, parfois épuisés, souvent perdus.



Et les sentiments alors ?


Les sentiments, eux, sont construits par nos pensées sur les traces laissées par nos émotions.

Ils sont le résultat de la conscientisation des émotions ressenties dans une situation vécue.

Ils alimentent la mémoire affective qui est au cœur des mécanismes d’aversion (sentiments de culpabilité, de honte, de jalousie, de méfiance, …), d’attraction (sentiment de confiance, d’empathie, de tranquillité, de plénitude, d’amour …) et d’expectation (sentiment peur, d’angoisse, d’envie, de frustration, de mépris, …).


Ils sont des constructions mentales combinant éléments imaginatifs et émotionnels. Ils sont le pur fruit de nos pensées et, à l’image de celles-ci, d’une richesse et d’une variété infinie.


Contrairement aux émotions ils n’ont pas besoin de stimulus pour exister puis perdurer. Étant entretenus par les pensées, ils durent généralement plus longtemps que les émotions.

Ils se développent petit à petit, grandissent et évoluent avec le temps. Plus un sentiment est ruminé, ressassé, plus il se renforce et prend de l’importance.


Parfois la collusion de plusieurs émotions qui se rencontrent et s’entremêlent donne naissance à un sentiment plus complexe.

C’est le cas par exemple de la culpabilité qui est enracinée à la fois dans la peur, la honte et dans la colère contre soi. C’est ce sentiment qui va émerger lorsque nous nous jugeons responsable et en contradiction avec nos valeurs. Ce sentiment est renforcé par le regard que l’on porte sur soi mais aussi par le regard de l’autre.


Le ressentiment lui, est la longue traine d’une colère rentrée. C’est le recyclage incessant de cette émotion de colère, tellement intense et consommatrice d’énergie qu’elle épuiserait l’organisme si elle n’était pas ponctuelle. Le ressentiment lui peut se prolonger sans limite et plus il dure, plus il se renforce et nous grignote insidieusement de l’intérieur.


« Le ressentiment est une façon de diluer sa colère, de l’étaler dans le temps » Christophe André

Les sentiments s’inscrivent dans le temps et résultent d’un étroit maillage entre un contexte, une sensibilité, un vécu, une histoire et un entourage qui permet de parler et de dépasser l’expérience ayant provoqué l’émotion.




Emotions et sentiments, pourquoi les distinguer ?


Tout simplement parce qu’ils ne fonctionnent pas de la même façon. L’émotion est, par essence, liée au corps et le sentiment est lui piloté par le mental. Les mécanismes et ressorts qui les mettent en action et les font vivre sont diamétralement opposés.

Pour les émotions, ce sont les sensations et donc les sens qui sont aux commandes, tandis que les sentiments sont pilotés par le mental et nos pensées. Les manettes à activer pour les faire évoluer ne sont donc pas les mêmes.


Lorsque certaines émotions sont mal gérées, elles peuvent donner naissance à des sentiments qui s’installent, prennent racine et deviennent toxiques au quotidien dans votre vie. Ressentiment, rancune, frustration, … sont autant de reliquats d’expériences douloureuses et d’émotions mal gérées.


Lorsque l’on prend conscience de la nécessité de se défaire de l’emprise d’un sentiment, c’est souvent qu’il est installé en nous depuis longtemps. Les racines sont profondes et les ramifications bien déployées. Il est là, présent, prêt à saisir la moindre opportunité, le moindre stimuli même indirect pour se réactiver et déclencher ses effets pernicieux et douloureux.

Chaque réactivation est une occasion de se renforcer et creuser le lit du mal-être qu’il installe insidieusement petit à petit.

Pour se libérer d’un sentiment, il faut souvent repartir loin en arrière. Il faut démêler le nœud émotionnel en identifiant les émotions qui ont été mises en jeu, retrouver l’expérience ayant provoqué ce sentiment à l’origine, renouer avec les émotions vécues et en faire un nouvel apprentissage pour apporter un éclairage différent et profiter de ressources supplémentaires.

Toutes ces étapes peuvent être franchies grâce à l’hypnose. Laissez-vous guider afin de laisser derrière vous ces fardeaux qui vous pèsent au quotidien.


Mais gérer ses émotions afin qu’elles ne vous dévorent pas est la première étape que nous verrons dans le prochain article.


20 vues

Posts récents

Voir tout

Le pardon