• Cecile

Le ressentiment


Qu'est ce que le ressentiment?


Le ressentiment, c’est une blessure non guérie qui amène à garder en soi une charge émotionnelle négative qui empoisonne le quotidien.


C’est après la colère, au moment où la douleur la plus vive s'estompe, que parfois le ressentiment s’installe. Une fois qu’il a fait son nid, la plaie reste ouverte, s’envenime et ne peut plus guérir.

La colère est une émotion primaire intense, violente mais fugace. Elle consomme tellement d’énergie qu’elle ne peut pas durer plus longtemps que quelques minutes, elle risquerait d’épuiser l’organisme.


« Le ressentiment est une façon de diluer sa colère, de l’étaler dans le temps. Mais, du coup, d’en mettre partout dans notre vie, le mouvement naturel des états d’âme étant de s’étendre et de prendre toute la place disponible en nous… » – Christophe André

Insidieusement cette colère s’est mutée, étirée dans le temps en un long reproche. Les pensées l’ont transformée en ce sentiment délétère qu’est le ressentiment, et les souvenirs de cette ancienne colère viennent taper encore et encore comme les vagues d’un ressac qui viennent se briser avec violence.

Le ressentiment, ce nouveau sentiment qui nous habite alors, se nourrit de nos pensées. Nous sommes en fait les seuls responsables des proportions qu'il prend et de la façon dont, il affecte notre vie. Difficile de l'entendre et de l'accepter, mais il prend en fait la place que nous sommes disposés à lui accorder.



Se venger, ... la fausse bonne idée.


Le ressentiment peut durer longtemps, et dévorer de l’intérieur. C’est cet aspect durable dans le temps qui en fait un ennemi redoutable.

On garde alors soigneusement dans un coin de ses pensées, de son cœur une envie de vengeance comme unique source d’apaisement.

La seule façon de réparer semble être la punition de l’autre, alors que ce sentiment de revanche ou de vengeance enferme dans un état d’esprit qui rend compliqué le cheminement vers un état d’apaisement et d’évolution.


L'envie de punir ou de se venger pour réparer la blessure ne fait que fixer celle-ci encore plus profondément. A bien y réfléchir, c'est comme si on s'administrait à soi-même un poison que l'on aurait soigneusement concocté pour empoisonner l'autre. C'est en fait continuer à donner du pouvoir à l'autre. C'est accepter que l'autre puisse encore avoir une emprise et nous rendre malheureux, alors même que passe à autre chose et poursuivre sa route serait la "vengeance" ultime.



Quels sont ses impacts?


Les impacts du ressentiment peuvent se faire sentir tant sur le plan physique, qu’émotionnel ou cognitif. De nombreux chercheurs en ont étudié les effets (Loren Toussaint, George Slavich par exemple). Les effets peuvent être à l’origine de troubles variés tels que dépression, alcoolisme, maladies cardiaques, …

Il est donc indispensable de se débarrasser de ce sentiment délétère qui a des effets sur la santé et empoisonne la vie au quotidien. Se défaire du ressentiment ce n’est pas accepter le comportement de ceux qui nous ont fait mal, c’est juste alléger ses bagages en en retirant tout ce qui n'est pas indispensable et empêche d'avancer.



Comment ne plus éprouver de ressentiment?


Le ressentiment n’est pas une fatalité. C’est même presque un choix.

L’évènement est passé, terminé depuis parfois fort longtemps. Ce n’est plus un sujet pour personne, la seule personne à le ruminer c’est vous. Vos pensées galopantes ont transformé cette émotion de colère et creusé le lit du ressentiment. Il faut donc décider de balayer les pensées ou sources de colère et changer d’état d’esprit.


La première étape, comme souvent, est de reconnaitre l’existence de cette souffrance et de ce sentiment de rancune. Il ne s’agit pas de nier ou d’ignorer la gravité de la blessure mais d’en reconnaître la douleur. Quelles sont les sensations, l’intensité, les pensées, … ? En acceptant cette blessure, vous en reprenez le contrôle. Il est important et souvent salvateur de la verbaliser auprès de quelqu’un de confiance et admettre ce sentiment, même si cela ne semble pas glorieux ou génère une certaine honte. Ce n’est pas grave. C’est un sentiment que tout le monde a expérimenté.


Il faut ensuite prendre conscience que ce ressentiment n’est pas utile, bien au contraire. Cette émotion négative vous grignote de l’intérieur, guide certains de vos gestes et vous limite dans votre vie de tous les jours. En laissant perdurer cet état émotionnel, vous laissez l’autre avoir du pouvoir sur vous. Il vous a blessé, trahi, humilié, … et alors même que cet évènement est passé, vous le laissez continuer à vous gâcher le quotidien. Il faut en prendre conscience afin de pouvoir prendre du recul.


Ensuite, vient l’étape la plus difficile car, lorsque l’on est pris dans cette émotion, il n’est pas aisé de prendre le recul, qui pourtant, est nécessaire. Faites l’effort de dérouler à nouveau le film de l’évènement qui a provoqué votre colère mais en changeant de point de vue. Tentez de vous mettre dans la peau de l’autre ou, à tout le moins, d’essayer de comprendre les raisons pour lesquelles il s’est comporté de la sorte. Est-ce une réaction que vous auriez pu avoir ? Les autres sont souvent notre miroir et les défauts que nous percevons chez eux sont souvent ceux que nous refusons de voir chez nous, ceux dont nous ne sommes pas très fiers. Réfléchissez honnêtement à cela….

L’autre n’est finalement pas très différent de vous. Il peut avoir des peines, des blessures, des réactions inappropriées. Vous ne pouvez pas, et ne devez pas, le réduire uniquement à ce qu’il vous a fait vivre. Travaillez là-dessus et faites-en en sorte de faire preuve d’empathie. Allez puiser dans vos ressources.


Enfin, et finalement, il faut décider consciemment de ne plus se laisser envahir par ce sentiment dont on a parfaitement identifié les effets. Faire le choix de ne plus laisser le passé avoir d’emprise sur le présent et décider de tourner la page. Pour cela il faut pardonner et si vous le jugez nécessaire mettre des distances, écarter cette personne de votre vie.


Les vertus du pardon sont extraordinaires et, bien-sûr, c’est cette option qui doit être privilégiée pour pouvoir avancer sereinement, a fortiori lorsque la personne reste dans l’environnement proche ou que la relation ne peut pas être rompue.

Le pardon est un cadeau que vous vous faites à vous-même après vous être empoisonné.

Ne pardonnez pas pour que l'autre change. Acceptez le fait qu'il ne sera jamais comme vous le souhaitez. Il est comme il est, cela ne dépend pas de vous et comme avec tout ce qui ne dépend pas de vous, il faut lâcher prise.


« Sans pardon, la vie est gouvernée par un parcours sans fin de ressentiment et de vengeance » - Roberto Assagioli

Toutes ces émotions et expériences de vie ayant laissé des blessures peuvent être dénouées, débloquées par l'hypnose.

Quelques séances suffisent souvent pour déposer les bagages et retrouver l'élan pour avancer.




4 vues

Posts récents

Voir tout

La peur

Le pardon