Le Zèbre et l'Imposteur


Si le Zèbre se transforme souvent en caméléon, il est aussi fréquemment habité par le sentiment d’être un imposteur.


De façon étonnante, les Zèbres/HPI qui ont habituellement tellement de facilité à faire face à des situations complexes, sont particulièrement sujets à ce type de comportement.

Il ne s'agit en rien d'une modestie excessive ou poussée à l’extrême.


Lorsqu’il dit ne pas se sentir à la hauteur, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, le HP/Zèbre ne cherche pas à s’entendre dire le contraire par son entourage. Il ne joue pas un rôle afin de glaner des compliments, mais a réellement l’impression d’être un usurpateur et d’être surévalué par les autres.


Il a la sensation de ne pas être légitime, de ne pas être suffisamment compétent pour effectuer ce qu’il a à faire ou pour être là où il est.

Il est persuadé au plus profond de lui que seuls la chance, le hasard ou les circonstances peuvent expliquer la réussite de ce qu’il a entrepris. Il est intimement convaincu que ses compétences n’ont rien à voir avec sa réussite et qu’il n’a aucun mérite à en tirer.


Cette sensation d’être un imposteur s’accompagne de la peur d’être démasqué. Immanquablement, l’entourage va tôt ou tard se rendre compte de la supercherie. Il est donc en danger et cette situation le plonge dans une situation de stress quasi permanente.


Souvent perfectionniste, il a à son endroit un niveau d’exigence très élevé. Il ne peut donc pas entendre que son entourage personnel ou professionnel soit satisfait et estime ses compétences ou ses qualités, qu’il juge lui insuffisantes. Ces compliments qui sont pour lui totalement injustifiés sont juste de la compassion ou de l’indulgence dont il ne veut pas et qui renforce cette mésestime de lui.

Comme il n’est pas parfait et ne maîtrise pas totalement les sujets, il peut avoir du mal à prendre la parole ou défendre son point de vue. En aucun cas, il ne se sent légitime et pense avoir un avis suffisamment étayé pour partager son opinion.



Comment l'imposteur arrive t-il là ?


Ce n’est pas quelque chose dont il est responsable et qu’il a sciemment installé en lui.

Cette tendance à douter de ce qu’il accomplit et à attribuer les raisons de ses succès à des éléments exogènes comme la chance ou l’aide des autres installent petit à petit, mais profondément, une mésestime de soi.


Perfectionnisme, manque de confiance en soi, mauvaise estime de soi, besoin de contrôler pour ne pas se trouver en situation de risque … Le HP/Zèbre est piégé dans les filets de ces différents états psychologiques qui s’entremêlent et génèrent stress et anxiété.


Ce sentiment d’illégitimité peut apparaître, ou être décuplé, lorsque certains changements importants surviennent. Nouveau travail ou nouvelles études, naissance d’un enfant, changement d’environnement …


Alors que se passe-t-il ?


Deux types de comportements peuvent alors se mettre en place pour faire face à cette situation. Le Zèbre/HP procrastine ou compense par un travail acharné pour combler les éventuelles lacunes qu’il aurait identifiées. Il est capable d’aller jusqu’au burn-out ou de s’autosaboter pour éviter une situation dans laquelle il imagine que l’on pourrait le démasquer.


Professionnellement, minimisant ses compétences et n'osant pas se mettre en avant, il peut alors se retrouver rapidement dans des postes où il s’ennuie et où sa motivation s’étiole. Par manque de motivation et d’intérêt, la qualité de son travail s’en fera ressentir, l’exposant aux critiques et renforçant ses doutes quant à ses capacités.


Pour le reste, ne se sentant pas à la hauteur, le HP/Zèbre évite de prendre des risques pour ne pas se trouver exposé à une situation d’échec. Il se retrouve figé par la peur, « comme un lapin dans les phares d’une voiture ». Il a ce sentiment de ne jamais en savoir assez pour commencer. Il est donc incapable de se lancer publiquement dans quelque chose de nouveau que, par nature, il ne maîtriserait pas et qui le mettrait dans une situation encore plus délicate.

La complexité qui vient s’ajouter à cette situation déjà délicate, est que le HP/Zèbre est curieux de tout et peut avoir tendance à s’intéresser à de nombreux domaines. Il papillonne souvent d’un sujet à l’autre, suivant un fil rouge qui ne fait sens que pour lui, mais qui renforçe son sentiment d’être un éternel amateur mais jamais un expert.



Laisser l’imposteur derrière soi


Alors que faire ? Comment se sortir de cette situation qui semble inextricable et où sont mêlés manque de confiance en soi, perfectionnisme, mésestime de soi…


Comme souvent, en prendre conscience et reconnaître que l’on est sujet au "syndrome de l’imposteur" est un premier pas important.

S’aimer, reconnaître sa valeur et s’apprécier sans condition en apprenant à être indulgent avec soi-même est la clé pour se libérer de cette anxiété quotidienne.

Et puis, enfin, cesser de se comparer aux autres et accepter d’être soi pleinement en embrassant pleinement ses qualités et ses imperfections.

Être imparfait est le propre de la nature humaine. Être imparfait ne veut pas dire être un imposteur.


En parler avec quelqu’un d’extérieur au cercle amical ou familial permet d’avoir une approche objective et professionnelle qui permet de dénouer cet enchevêtrement d’émotions et de blocages.

L'accompagnement par un thérapeute est un formidable accélérateur qui vous permet de continuer votre route en étant apaisé et libéré. La thérapie holistique permet d'appréhender l'individu dans son entiereté et d'agir à différents niveaux.