• Cecile

Le Fil du temps.


Le temps est un sujet majeur sur lequel de nombreux philosophes tels que Platon, Kant ou Bergson se sont penchés.


Le temps s’écoule inexorablement, et de façon irréversible. La fin est inéluctable, elle est connue et inscrite dès l’instant où nous naissons. Afin de fuir cette finitude, nous nous affairons et créons un tourbillon dans lequel on se laisse happer pour échapper à cette réalité.

En s’agitant de cette façon, en remplissant les blancs et les silences, nous pensons nous trouver et construire notre vie. Comme le disait Pascal « Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir rester en repos ».

L’homme supporte difficilement d’être en tête-à-tête avec lui-même, alors il structure le temps qui lui est offert pour avoir des repères, le gérer, l’occuper et surtout avoir l’impression de le maitriser.


La perception du temps est subjective. Nous ne disposons pas de sens dédié à la perception de ce temps qui s’écoule comme nous en avons pour entendre, voir, sentir, …. Seul notre cerveau est à l’œuvre sur le sujet. Il est l’unique maitre à bord.


Notre cerveau est une machine formidable d’une complexité et d’une puissance extraordinaire, cependant il n’est pas parfait. Il est un peu flemmard et choisit parfois la facilité.

Lorsque nous le laissons faire, il se met alors en pilotage automatique et choisit d’aller là où les choses sont les plus simples ou les plus confortables pour lui, or le présent ne l’est pas car il nécessite d’accepter les blancs, les silences et se retrouver avec soi-même. Pour notre cerveau, l’incessant ballet entre le passé et le futur permet de ne s’arrêter que très rarement sur le moment présent.


Le passé est ce qu’il est, mais il est derrière vous. Vous ne pouvez pas revenir dessus, changer le cours des choses, ce que vous avez dit, fait ou ressenti. Pourquoi consacrer du temps et de l’énergie à vous retourner et détailler le chemin qui est derrière vous ? Vous n’avez aucune prise dessus et ne pourrez jamais réécrire cette partie de votre histoire. Ce n’est pas comme un ruisseau le long duquel vous pourriez remonter et, au grès de ses lacets, décider d’en modifier le cours ou le débit.

Les émotions que suscitent ces coups d’œil dans le rétroviseur sont dans la plus grande majorité des cas des émotions négatives telles que nostalgie, regrets, culpabilité, remords, tristesse … . Rien de cela n’est nécessaire et encore moins bénéfique pour avancer dans votre vie.

Lorsque votre cerveau vous entraine dans le passé, il vous déconnecte du présent et vous empêche de vivre le moment, là, maintenant. Votre énergie et vos émotions sont alors entièrement tournées vers le passé et vous replongent dans ces moments, ne laissant plus aucune place à l’instant présent que vous êtes pourtant en train de vivre et qui file sans que vous n’ayez jamais la possibilité de le rattraper.


« Laissez mourir le passé à chaque instant. Vous n’en avez pas besoin. » - Eckhart Tolle

Le futur, lui, correspond à la représentation que nous nous faisons de notre avenir. Par essence, les évènements du futur n’existent pas encore, ils n’ont pas eu lieu et ne sont pas déterminés. Le futur, c’est l’ensemble des configurations possibles et envisageables, sachant qu’aucune d’entre-elles n’existe encore.

Tout est envisageable. On peut imaginer, c’est-à-dire amener dans le présent des évènements et des options qui n’existent pas. Le champ des possibles est ouvert, et cela fait beaucoup, … beaucoup trop pour arriver à poser un cadre structurant et se rassurer.


Nous sommes perpétuellement en train d’idéaliser le futur, de nous mettre la pression pour atteindre cet objectif de futur formidable dans lequel nous devrions être heureux. Mais que se passera-t-il une fois cet objectif atteint, pour peu qu’il soit atteint, un nouvel objectif apparaitra et une nouvelle fuite en avant empêchant de vivre le présent émergera.

Cette absence de contrôle sur les évènements à venir provoque des états internes tels que tension, appréhension, doute, stress, anxiété, angoisse et inquiétude.

Là encore, aucune de ces émotions n’est bénéfique pour continuer à avancer sur le chemin de votre vie.


Ni le passé ni le futur n’existent concrètement. Lorsque le passé était, il s’appelait présent, lorsque le futur existera, il s’appellera présent aussi. Il est dommage de constater le temps que nous perdons dans les constructions mentales que sont le passé et le futur, des espace-temps où nous n’existons pas pleinement.

Le présent c’est ce moment fugace, ce moment charnière ou le futur devient instantanément passé.


« Le présent est indéfini, le futur n’a de réalité qu’en tant qu’espoir présent et le passé n’a de réalité qu’en tant que souvenir présent » - Jorge Luis Borges

La vie est là, maintenant. Le présent c’est ce moment où vous pouvez être réellement, utiliser vos 5 sens (voir, écouter, sentir, toucher, gouter) mais aussi ressentir, percevoir et identifier tous ces petits moments de bonheur qui font que le chemin de cette vie est plaisant. Votre pouvoir est dans le présent, et c’est le présent qui vous permettra de vivre votre futur.

Lorsque vous êtes dans le présent, vous ressentez le calme et la sérénité. C’est un moment d’apaisement empreint de douceur et de bien-être. La vie devient facile, paisible et heureuse. Les gestes deviennent simples, les pensées sont calmées et les évidences apparaissent. C’est une écoute attentive des émotions et énergies qui parviennent à notre conscience.

Lorsque vous êtes présents dans l’instant vous êtes attentif à ce qui se passe autour de vous. Vous ne vous battez plus contre des fantômes et les souvenirs du passé. Il n’est donc plus question de lutter contre soi pour venir corriger ou lisser votre personnalité. Vous êtes qui vous êtes, avec vos qualités et vos imperfections mais vous êtes unique.

Si vous êtes dans le présent, votre bonheur ne dépend pas d’une projection dans le futur. Votre état intérieur dépend uniquement de ce que vous vivez et ressentez dans l’instant. Il n’est plus perturbé par des objectifs et des résultats à atteindre, des performances à accomplir. Lorsque vous êtes libéré de toute cette pression et cette exigence, vous pouvez alors juste être vous et être heureux car l’atteinte de ce bonheur ne passe plus par l’atteinte d’un résultat.

Comment prendre des décisions objectives si celles-ci doivent s’appuyer sur une analyse de tous les scénarios envisageables et sur toutes les expériences et échecs vécus ?

Où sont alors la place de l’intuition, du désir, de la spontanéité et du hasard des opportunités qui se présentent dans l’instant ?


Être, c’est être là dans l’instant présent. Les sens en éveil, en connexion et parfaite harmonie avec le monde autour de soi. Évidemment l’exercice n’est pas simple et nécessite un peu de pratique. Mais dès l’instant où vous remarquez que vos pensées sont tournées vers le passé ou le futur, c’est plutôt bon signe…. Cela veut dire que vous êtes là dans le présent en train d’observer votre mental tenter de réamorcer son mouvement d’essuie-glace.

Être présent, c’est être là en conscience, pleinement attentif à tout ce qui se passe autour de soi sans se laisser distraire.

Le bon moment sera toujours maintenant !


« La vie, c’est maintenant. Il n’y a jamais eu un moment où votre vie ne se déroulait pas maintenant et il n’y en aura d’ailleurs jamais ». Eckhart Tolle

Pour aller plus loin

Le pouvoir du moment présent - Eckhart Tolle

La sérénité de l’instant - Thich Naht Hanh

50 vues

Posts récents

Voir tout